dans une belle et grande maison

Il y a beaucoup de belles et grandes maisons à vendre dans le coin. L'important, c'est d'avoir cette envie de partager un lieu, de créer des liens, de se soutenir, de collaborer. 

Quelques suggestions :

Un groupe d'intéressés s'est formé. Trois réunions ont déjà eu lieu. 

Vous êtes partants ? Inscrivez-vous ici pour vous informer !

créer un écohabitat en Gruyère

Une aspiration qui m'habite depuis longtemps...

Cela commence à se préciser en 2005. Je vivais dans une grande et belle maison à Villarsiviriaux. Créer une coloc... l'idée était bonne, mais le propriétaire n'a pas voulu.

En 2011, après un séjour de 6 mois à Damanhur, le plus grand écovillage d'Europe, un premier lancement d'une "colocation intergénérationnelle" a porté quelques fruits. De nombreux intéressés et puis plusieurs visites à Corbeyrier où le lieu-dit Dézaley m'a fait rêver...

Durant plusieurs mois, voire années, je l'ai un peu poussé du pied ce projet, me disant que cette aventure était une utopie. Mais l'idée reste... persiste... Victor Hugo a dit : "Rien n'est plus puissant qu'une idée dont l'heure est venue". Alors...

Vous pouvez manifester votre intérêt en vous inscrivant ici

un grand écohabitat, un p’tit groupe de travail

En janvier 2016, je prends contact avec Théo Bondolfi de la Smala et lui offre une conférence dans un de mes salons de bien-être comme invité d'honneur, au Mouret. C'était "Découverte des cohabitats Smala & écovillages Ecopol en Romandie". Plusieurs événements avec la smala ont suivi, conférences et stands de présentation de l'association dans d'autres salons à Broc et Porsel.

En octobre de la même année, un petit groupe de travail s’est formé, copiloté par Mathieu Breitenstein et Théo Bondolfi apportant les ressources générales de la Coopérative Bâtir Groupé et de son partenaire l'Institut Smala.

lire la suite

vers des communautés de travail inspirées

avec Frédéric Laloux
Ancien partenaire associé chez McKinsey, Frédéric Laloux se sent aujourd'hui appelé à vivre une vie simple, centrée sur sa famille, et en contact avec la nature. Ses recherches sur les modèles organisationnels émergents ont été décrites comme "un saut dans la pensée du management" par certains des spécialistes les plus respectés. Parmi d'autres projets, il conseille un certain nombre de dirigeants sur le chemin d'une transformation radicale de leur organisation.
"Toute personne peut prendre n'importe quelle décision pour autant qu'elle ait demandé l'avis aux personnes qui ont de l'expertise et aux personnes qui vont devoir vivre avec les conséquences de cette décision."

et puis Paulette...

Un livre qui raconte comment un écohabitat s'est construit dans une ferme...

Extrait gratuit

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas... 

Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher. 

De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette...

Journal La Gruyère du 4 mars 2017

ça fonctionne depuis bientôt 40 ans à Corcelles

La CODHAVA (Coopérative d’Habitation Vie Alternative) a été fondée au mois de mai 1980. Une trentaine d’adultes ont alors acheté cet ensemble de bâtiments ne trouvant plus d’affectation rentable. Des travaux conséquents ont permis la création au fil du temps de 20 appartements et de plusieurs espaces communs (cuisine, salle à manger, de spectacle, ou autre). Les maisons sont bâties sur un espace de 2 hectares et sont entourées d’un parc, de potagers et d’un verger.

Allez voir leur site...

 

vers le zéro déchet

A l’heure où notre planète entière risque d’être étouffée par la quantité de déchets produite par l’espèce humaine, la localité rurale de Kamikatsu, nichée dans les montagnes des rizières en terrasse de Shikoku, la moins peuplée et la plus pauvre des quatre îles principales du Japon, porte haut l’étendard du zéro déchet.

Voir l'article

tu veux découvrir Damanhur

J'y ai vécu 6 mois.

Témoignage : Elle refait le chemin à l'envers, celui qui l'a amenée aux "commodités". Il pleut, depuis deux jours, il pleut... il n'arrête pas de pleuvoir. Les feuilles tombées des arbres alentour, éclairées par sa lampe de poche, scintillent. On dirait qu'à chacun de ses pas, une nouvelle bande de petites fées dansent devant elle. Soudain, quelque chose de noir devant ses yeux, elle est un peu effrayée... Mais non, ce n'est que la branche d'un arbre qui tente de lui barrer le chemin. La suite...

D'autres articles sur Damanhur

Au-delà des visites d'une journée et d'une demi-journée aux Temples de l'Humanité, Damanhur Welcome Office organise aussi des programmes pour parcourir les circuits et pour visiter la Forêt Sacrée.

Visite de 5 jours : Cliquez ici pour la liste complète des dates
Visite de 3 jours : Cliquez ici pour la liste complète des dates
Cérémonie de la pleine lune (Oracle) : la liste complète des dates

paupiette le lien entre seniors cuisiniers et étudiants

Quand internet se met au service de la convivialité et des relations intergénérationnelles, ça peut donner de très belles choses. Exemple !

À en croire certains raccourcis, internet ne ferait qu’isoler les gens les uns des autres. Pourtant, si l’on y regarde de plus près, c’est parfois tout le contraire qui arrive. Démonstration avec Paupiette, un nouveau site génial qui met en contact les seniors amateurs de cuisine avec les étudiants en quête de bons plats et de convivialité. Explications.

L’idée de Paupiette est vraiment toute simple. D’un côté, on a des seniors qui aiment faire la cuisine et qui souhaiteraient accueillir plus de jeunes à la maison et puis, de l’autre, on a des étudiants qui en ont marre de manger des pâtes et qui n’ont pas les moyens de se payer de bons restaurants. Fatalement, les uns et les autres étaient faits pour s’entendre, encore fallait-il qu’ils se rencontrent ! Et c’est là que Paupiette intervient…

Prenons un exemple. Le 11 avril dernier, Françoise, qui habite près de la gare Saint-Jean à Bordeaux, avait envie de partager sa sauce au confit de canard et pommes de terre et ses framboises au mascarpone avec quatre personnes. Du coup, elle est allée sur Paupiette, y a inscrit son menu et le tour était joué. De leur côté, les étudiants intéressés n’avaient plus qu’à se faire connaître.

Ceux qui se sont laissés séduire par le menu de Françoise se sont régalés, ont passé un joli moment et tout ça ne leur a coûté que 5€ (même pas le prix d’un fast-food minable, impersonnel et indigeste !). Pas mal, non ?

Le système permet de bien manger pour les uns, de faire plaisir pour les autres, et de créer des liens intergénérationnels pour tout le monde !

Alors, qui a dit qu’internet allait tuer la convivialité ? - paupiettecuisine

copié/collé de positivr.fr par Axel Leclercq - 19 avril 2017

un village dynamique

Après 1 an d'existence et déjà connue de plus 100 000 personnes, l'Ecole Dynamique entraîne la création en 2016 de 14 écoles démocratiques. Ses fondateurs soutiennent l'association EUDEC France qui mobilise à ce jour plus de 100 membres actifs.

un kot intergénérationnel

Vous êtes étudiant et les kots coûtent trop cher ? Vous êtes senior et vous voulez casser la solitude ? Pensez à la colocation !!
L'asbl 1 toit 2 âges met en lien étudiants et seniors pour qu'ils habitent ensemble. Tarif : entre 180 et 300 euros pour l'étudiant ; et un complément de revenu pour le senior. Du win-win !
Infos : www.nostalgie.be/idee

le centre feel à La Sarraz

un village en Grèce, pour dépasser la crise

Habitat coopératif, un nouveau modèle de logement